En Inde, les cigarettes électroniques permettent de réduire les décès liés au tabac

Les cigarettes électroniques, communément appelées e-cigarettes, offrent une troisième ligne de choix lorsqu’il s’agit de rester à l’écart des effets nocifs du tabac. Et, selon les experts, ils peuvent réduire considérablement le fardeau des décès liés au tabagisme en Inde.

La première option pour se protéger contre la toxicité du tabac, c’est d’arrêter complètement de fumer et la deuxième option est d’arrêter de fumer à l’aide de médicaments. Tout comme les médicaments offrent une technique de réduction des méfaits pour les maladies ou les casques pour les cyclistes en cas d’accident, les cigarettes électroniques sont une option de réduction des méfaits pour les fumeurs.

La santé publique de l’Inde a été appelée à ce que les responsables et les militants de la lutte antitabac aient l’esprit ouvert et une approche fondée sur des données probantes, et à fournir à la société une éducation adéquate concernant ces produits.

L’usage de la cigarette électronique a aidé 6,1 millions de fumeurs dans l’Union européenne à arrêter de fumer, selon une étude réalisée en 2014 qui analysait des données relatives à un échantillon représentatif de près de 28 000 Européens. Dans ce sens, l’Inde est un pays où le tabagisme et la consommation de tabac augmentent progressivement. L’AGCS a révélé que 34,6 % des adultes consomment une forme quelconque de tabac, tandis qu’environ un million d’Indiens meurent chaque année de maladies associées au tabagisme.

La maladie et la mort sont associées à l’environnement dans lequel la nicotine est consommée et sont à leur tour causées par la combustion du tabac. Par contre, la cigarette électronique, quant à elle, implique l’évaporation d’un liquide contenant de la nicotine, ce qui réduit les dommages associés aux cigarettes conventionnelles

Dans les pays où la prévalence du tabagisme et la consommation de tabac sont élevées, les cigarettes électroniques devraient être considérées comme une occasion en or de réduire les méfaits d’une manière rentable. Ainsi, en novembre, l’Inde accueillera la septième Conférence des Parties (COP-7) à la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT), où des responsables de la santé publique de 180 pays participeront à des discussions sur les cigarettes électroniques, les systèmes de gestion et la façon de s’entendre sur les politiques et directives réglementaires.